Traduci in un'altra lingua /// Seleccione el idioma de su elección /// Choose the language of your choice ///
翻譯成另一種語言 /// Wählen Sie die Sprache Ihrer Wahl /// اختر اللغة الت¡0; تختارها /// 翻訳する

TRADUIRE CETTE PAGE EN

La traduction avec Google n'est pas encore parfaite, mais avec un petit effort elle est compréhensible.


       




Nuages de vapeur d'eau à proximité du pôle Nord


Givre sur une dune de sable martienne.


Trace du lit d'un fleuve martien et de ses affluents.


Traces de rivières, d'estuaires et littoral maritime

.


Les éjectas fluidisés autour de certains cratères d'impact (ici le cratère Yuty dans Chryse Planitia, 18 km de diamètre) seraient la preuve de la présence d'une quantité importante de glace dans le sous sol martien. Sous la chaleur de l'impact, la glace a fondu et le sol est devenu boueux, ce qui explique les écoulements fluides qui bordent le cratère.



Dans les fractures de cette météorite, les chercheurs ont découvert des dépôts de chlorure de sodium (le sel de l'eau de mer), ainsi que d'autres composés salins en plus petites quantités. Une équipe de l'Université de l'Arizona prétend que les sels de la météorite de Nahkha appartenaient à l'eau de l'ancien océan. Leur concentration correspond assez bien à celle de l'eau de mer et l'ancien océan martien était donc, selon ces chercheurs, similaire à l'océan terrestre actuel



A gauche : Les terrains du sud sont hauts et fortement cratérisées. C'est pourquoi les zones jaunes prédominent (hauts plateaux). Les deux zones bleues (faibles altitudes) représentent les bassins d'impact d'Argyre et d'Hellas. A droite : Les terrains du nord sont bas et peu cratérisés. C'est pourquoi les zones bleues prédominent (régions de faibles altitudes). On trouve cependant des zones plus élevées, comme les dômes de Tharsis et d'Elysium (en rouge). Ces dômes sont des soulèvements de la croûte de Mars, sur lesquels se sont ensuite développés des volcans. La source de cette dichotomie entre le nord et le sud n'est pas connue. Parmi les théories avancées, on trouve un ou plusieurs impacts, ou l'intervention d'un processus interne. Certaines régions de l'hémisphère nord comptent parmi les plus plates de tout le système solaire, avec des élévations de quelques mètres pour plusieurs kilomètres. Ces zones dépourvues de relief seraient des preuves de l'existence de processus sédimentaires. De nombreux géologues pensent effectivement qu'un ancien océan (Oceanus Borealis) a jadis recouvert une bonne partie de l'hémisphère nord, pour ma part c'est le dessus d'un océan, recouvert de glace puis de poussières et de sable.



La structure interne de Mars. La planète rouge devrait posséder, comme la Terre, un noyau (1300 à 2000 km), un manteau (1100 à 1800 km) et une croûte (40 à 50 km). La croûte martienne est trois fois plus épaisse que la croûte terrestre ce qui empêcherait toute activité tectonique.



Une nappe de brouillard matinal recouvre la région de Noctis labyrinthus, à l'ouest de Valles Marineris. Ce brouillard porte le nom de brouillard de rayonnement de terrains. La nuit, l'eau de l'atmosphère se condense en particule de glace. Sous la chaleur des premiers rayons du Soleil, la glace fond et libère de la vapeur d'eau, qui se recondense presque immédiatement au contact de l'atmosphère froide. Un brouillard se forme alors. Il est constitué de particules de glace en suspension dans l'air d'un diamètre de 1 à 2 microns



La zone d'atterrissage de l'atterrisseur Viking 2 en mai 1979. A cette période, Utopia Planitia (48°N, 226°O) était alors recouverte par une fine couche de givre de quelques millimètres d'épaisseur.



Ce nuage en forme de spirale a été observé pendant l'été au-dessus de la région polaire nord par l'orbiteur Viking 1. Le nuage est large de 200 km et son altitude est de 7 km. Constitué de particules de glace d'eau, il résulte de la rencontre d'une masse d'air tropicale avec une masse d'air polaire. Par ses caractéristiques, il ressemble aux cyclones extra tropicaux que l'on rencontre sur Terre.



Variations de la calotte polaire Nord du début du printemps au début de l'été.


Comme la Terre, l'axe de rotation de Mars est incliné (25,2°) et la planète connaît donc un cycle des saisons. Le diagramme ci-dessus indique les saisons pour l'hémisphère nord (pour l'hémisphère sud il suffit d'inverser, exemple lorsque c'est l'été au nord c'est l'hiver au sud). L'été de l'hémisphère nord est plus long que l"été de l'hémisphère sud, mais sa longueur ne le rend pas plus chaud que celui de l'hémisphère sud, au contraire l'été de l'hémisphère sud bien que plus court est bien plus chaud, la raison est que lorsque c'est l'été au sud, Mars est au plus près du Soleil.



Les îles-larmes (ici à l'embouchure d'Ares Vallis) semblent avoir été façonnées par le courant. Le flot a divergé après avoir rencontré un obstacle, ici un cratère. La larme du bas mesure 45 km de long


Les Cratères volcaniques


volcan Apollinaris


volcan Arsia


Volcan Olympus


volcan Pavonis

Les Cratères d'impact (météorites, comètes, ...)








Ce cratère à 60km de diamètre


cratère Ulysses


cratère Yuty

Météorites martiennes retrouvées sur Terre


Nakhla


94201


Shergottite



Retour page précédente



Rachat de Credit